Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

avatar 2012

[ PHOENIX DIVISION ]
30 SECONDS TO MARS FRANCE


LA BASE de DONNEES
FRANCAISES
OFFICIELLES et OFFICIEUSES
la plus COMPLETE sur
 
30 SECONDS TO MARS

--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
 
LIVENATION

mercurylogo 3

--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
Vous pouvez partager vos photos, vidéos et infos sur ce site en les envoyant à:
thirtyfrance@gmail.com

--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
 

WELCOME
TO THE UNIVERSE
BANNIERE MARS
 
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
MARS VIDEOS-copie-1 MARS PAROLES-copie-1 MARS MYSTERES-copie-2 MARS TOURNEES-copie-1 MARS PRESSE-copie-1
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
200x2012.gif
--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------
FULL SET WITH IMAGES AND SOUND  FROM ALL
THE FRENCH TOUR 2011

--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------


--------------- ₪ ø lll ·o. ----------------

Publié par [ECHELON]


Live Report : Thirty Seconds To Mars
+ Twin Atlantic
@ Le Zénith, Paris - 18/02/14
AlternativNews.com

paris-feb-18-2014.jpg
 

Dans la continuité du fait que la France soit le pays où le groupe ait le plus joué, parce qu’ils l’adorent, c’était la dernière date de la mini-tournée française de Thirty Seconds To Mars à laquelle nous avions assisté. Un Zénith de Paris quasi aussi complet que la veille, où s’était également déroulée la première soirée francilienne, après deux autres dates à Lyon (dont vous pouvez apprécier les photos) et Lille quelques jours plus tôt. Ce 18 février 2014 était également l’occasion d’évaluer le niveau de la performance scénique des écossais de Twin Atlantic, qui accompagnaient le groupe de Jared Leto sur toute la tournée européenne.


Twin Atlantic

Et c’est peu avant 20h que ces derniers gagnent la scène du Zénith. Le show démarre, et la première chose à noter est l’impeccabilité du son de la salle : chaque instrument est bien distinct et l’acoustique est parfaite. Plus d’une demi-heure de set de rock alternatif moderne ponctué de refrains catchy que vous reprenez immédiatement, même sans connaître le morceau, qui réveille ainsi logiquement la fosse et tout le public déjà bien présent. Le quatuor est bien en place, se permet de nombreuses animations avec l’audience, et partage complètement sa (très) bonne musique et s’essaie même à une communication avec le public français dans la langue de Molière. Une excellente première partie donc, qui termine un set enjoué, en ayant emporté une bonne partie du public, notamment avec son dernier morceau, leur tube "Free". A réécouter sans tarder.


Thirty Seconds To Mars

Une heure plus tard, alors qu’un drap triade est déjà disposé pour cacher le devant de la scène, les trois compères de Los Angeles et leurs musiciens de session apparaissent enfin, sous leur ancienne introduction, "Escape" ! Etonnant et annonciateur d’une soirée parisienne florissant de surprises comme ils en ont déjà pris l’habitude chaque fois qu’ils viennent jouer dans la capitale. Thirty Seconds To Mars démarre le show avec plusieurs morceaux issus de leur troisième album, This Is War. Les trois compères se sont mis au goût du jour puisqu’ils sont tout de blanc vêtus : le thème, une white night/color war, était annoncée par le groupe quelques semaines plus tôt. Il s’agissait ainsi pour l’ensemble du public de s’habiller en blanc complet et d’apporter de la poudre colorée pour enflammer un peu plus la salle. Dès les premiers airs de "Night Of The Hunter", toute la foule s’embrase. Les lumières éclatent et Jared lance ses « Jump ! Jump ! Jump ! » habituels sur les refrains du deuxième morceau de "This Is War". Le son est encore une fois très bon et très juste, et le frontman assure déjà le show en sollicitant l’assemblée sur les paroles de nombreuses chansons : "This Is War" ou "Do Or Die", entre autres, morceau sur lequel il arrivera d’ailleurs muni d’un drapeau français. L’effervescence et l’énergie des premiers morceaux retournent la salle, comme sur "Kings And Queens" et surtout "Conquistador", ponctué d’un lâcher de confettis, mettant en avant l’adresse extrême de Shannon (batterie). Le duo "City Of Angels"/"End Of All Days" calme alors tout le monde, démontre une nouvelle fois le talent de l’acteur à l’exercice des voix, et annonce un set acoustique à l’image de la soirée : riche en bonnes surprises.
sha.png
Comme à l’accoutumée, et chose qui pourra rebuter quelques anciens aficionados, Jared, seul sur scène avec sa guitare, se met alors plus encore à communiquer avec le public, dans un souci évident d’intimisme, chose néanmoins très récurrente dans les performances du groupe. Le frontman joue avec le public en leur demandant carrément les airs qu’ils désirent entendre. C’est finalement et encore une fois à la surprise générale qu’il entame, après un début d’"Attack", deux anciens morceaux issus du premier album éponyme du groupe : "Echelon" et "Capricorn", malheureusement très (trop ?) rarement joués sur leurs dernières setlists de tournée, qui seront bien évidemment repris
en cœur par bon nombre d’Echelons de la première heure. Le tube qui a fait leur renommée, "The Kill (Bury Me)", est logiquement entonné par le Zénith entier. (Il est à noter que la veille, Nicola Sirkis, chanteur d'Indochine, était invité sur scène pour (essayer de) chanter avec Jared sur ce même titre.) Puis Tomo et Shannon, les deux autres musiciens, rejoignent Jared sur scène pour se livrer à une bataille « color war » du soir, en se jetant de la poudre colorée dessus comme de vrais gamins pendant quelques minutes. De quoi rebuter une nouvelle fois les uns dans l’implication scénique et réconforter les autres dans la sympathie et la franchise de la performance.

Mais une nouvelle fois, alors que le set acoustique se termine, Jared Leto sollicite l’avis de son public pour choisir le prochain morceau. C’est "Vox Populi", morceau fédérateur issu du troisième album, moins joué que les nombreux autres tubes qui le constituent, qui l'emporte face à "The Race". Ce titre relativement inédit aussi et extrait de leur dernier album, Love Lust Faith + Dreams, est finalement lui aussi joué par la suite, avant un "Closer To The Edge" une nouvelle fois conforté par des jets de confettis.
sce.jpg
Le rappel est lui plus classique, avec un "Bright Lights" un tantinet énigmatique. Mais "Up In The Air", titre qui terminera la performance du soir des Thirty Seconds To Mars, sera néanmoins ponctué d’une demande en mariage sur scène pour laquelle l’heureux frontman arrêtera le titre en plein milieu.

Un nouveau passage français très bon pour les trois Californiens, et, comme à l’accoutumée à Paris, très interactif et riche en surprises. On pourrait néanmoins trouver ces dernières relatives quant au fait que le groupe ne joue plus aucun morceau de son premier album en full band et n’aura joué qu’à peine plus d’un titre de son deuxième album, A Beautiful Lie, ayant pourtant fait son premier succès. Le spectacle reste néanmoins excellent et est à l’image du succès du groupe ces 5 dernières années : grandiose. 
Texte : Alexandre M.
Photos : Romain H.
Merci à Ninon et Live Nation
Merci à Romain pour les photos prises à Lyon (retrouvez d'autres clichés sur son Flickr)
Setlist Twin Atlantic :

Fall Into the Party
Actions That Echo
What Is Light? Where Is Laughter?
The Ghost of Eddie
Apocalyptic Renagade
Edit Me
Yes, I Was Drunk
I'm An Animal
Make a Beast of Myself
Free

Setlist Thirty Seconds To Mars :

Escape
Night of the Hunter
Search and Destroy
This Is War
Conquistador
Kings and Queens
Do or Die
City of Angels
End of All Days
---
Attack (refrain)
Capricorn (A Brand New Name)
Echelon
Hurricane
The Kill (Bury Me)
---
Vox Populi
The Race
Closer to the Edge
---
Bright Lights
Up in the Air
SOURCE --> http://www.alternativnews.com

 

Commenter cet article

volubilis 15/03/2014 09:31


Chouette Live Report.